Interprétation (des films)…

Séance #5 du séminaire “Liberté et cinéma” (16/03/2016)

Interprétation (des films), délibération (des images), émancipation (du spectateur)

Guillaume Soulez

La séance se déroulera de 14h30 à 17h00 (au “Studio“, salle H017), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

ATTENTION, la séance prévue initialement le mercredi 9 mars est déplacée au mercredi 16 mars

Regarder un film est une activité intense qui mobilise en permanence des hypothèses sur le sens à donner aux images et aux sons. Le travail de l’analyste des images aujourd’hui – sémiologue, esthéticien, historien, etc. – peut partir de cette activité pour mieux comprendre comment les spectateurs « produisent » des textes qui font sens en donnant une « forme » aux stimuli visuels et sonores qu’ils reçoivent. L’habitude a une grande part, ainsi que l’éducation, mais il est frappant de noter que les spectateurs ont tous une manière propre de « délibérer » sur les images et les sons. La description des grands régimes du sens (par exemple la « fictionnalisation », ou la « documentarisation », dans la sémiopragmatique d’Odin, 2011) ne suffit pas à rendre compte des échanges qui ont lieu à propos de cette activité dans la sphère sociale, il faut observer comment nous discutons avec les films. On y trouve la « liberté » interprétative à deux endroits au moins : 1/ les spectateurs ne font pas ce qu’on (créateurs, producteurs, critiques…) attendait d’eux, 2/ ils relient souvent leurs « délibérations » à leur ancrage dans l’espace social et politique pour développer ce que les anglo-saxons appellent leur agency, leur capacité d’agir dans le monde. 

Il est donc inutile, voire contre-productif, de vouloir à tout prix secouer le spectateur, le sortir de sa léthargie (selon le modèle brechtien, par exemple, inspiré du « choc » eiseinsteinien). Un vrai « travail critique » (celui proposé par une œuvre, celui du projet d’un cinéaste, tout comme celui qui est effectué par celui qui analyse les films) est « un travail qui, au lieu de vouloir supprimer la passivité du spectateur, en réexamine l’activité » (Jacques Rancière, Le Spectateur émancipé, 2008, p. 85), pour en tirer des outils de création et d’analyse. Cette intervention propose de montrer les liens qui existent entre délibération et émancipation du spectateur, pour explorer de nouvelles méthodes d’analyse et réfléchir sur la place des films dans la politique ordinaire de nos vies.


G. Soulez - copie

Guillaume Soulez est Professeur au Département Cinéma et Audiovisuel, qu’il dirige depuis 2014, au sein de l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Il travaille sur le cinéma et la télévision en s’intéressant à des questions théoriques : analyse de la dimension discursive du cinéma et de l’audiovisuel, activités d’interprétation des spectateurs,  sérialité, intermédialité. Il travaille notamment sur les films à enjeux politiques, les documentaires, les séries télévisées et les webdocumentaires. Il développe plus particulièrement le projet d’une nouvelle approche pragmatique du cinéma et de l’audiovisuel, la « délibération des images »,  qui articule analyse de la réception, analyse des images (sémiotique, esthétique),  et théorie de l’argumentation et de l’espace public.

Publication récente : Le Levain des médias. Forme, format, média, MEI, n°39, déc. 2015 (avec K. Kitsopanidou).

http://www.univ-paris3.fr/m-soulez-guillaume-29899.kjsp

Image à la une : salle de cinéma (sur site TSF).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *