Archives par mot-clé : Photographie

Clin d’oeil à Cartier-Bresson

 « Je suis visuel […] J’observe, j’observe, j’observe. C’est par les yeux que je comprends. »

Henri Cartier-Bresson
Life, 15 mars 1963

La visite de (l’excellente) exposition sur Cartier-Bresson au Centre Pompidou m’a inspiré un hommage visuel, en référence à une image de 1968.

Le cliché d’origine de Cartier-Bresson montre un vieil homme passant devant une palissade sur laquelle se trouve un graffiti appelant à « jouir sans entraves ». L’image est amusante car cet homme distingué, les chaussures reluisantes et le chapeau melon vissé sur un crâne que l’on devine dégarni, semble à mille lieux de pouvoir succomber à un tel mot d’ordre. Et pourtant il regarde attentivement cette inscription. Que lui inspire-t-elle ? Le souvenir de ses jeunes années ? La conscience des bouleversements sociaux de son époque ? A-t-il une pensée révoltée face à la révolte, ou au contraire est-il touché par cet hymne à la liberté absolue ?

Le contraste entre l’élégance simple de cet homme mûr et la fougue (probablement de jeunesse) de l’injonction rebelle, renforce la portée de cet appel à la liberté inconditionnelle. La photographie ne fait pas que suggérer la rencontre entre générations, le frottement entre le monde d’après-guerre et celui de la société post-industrielle naissante. Elle implique le spectateur et le message mural s’adresse aussi à lui, par le biais de l’homme au costume-cravate (lequel symbolise les convenances et le respect des règles, fussent-elles vestimentaires). Serons-nous comme ce vieil homme sage, qui continuera probablement sa route sans être affecté outre mesure par ce graffiti insolent ? Ou serons-nous touchés par ce refus de l’ordre établi que représente cette invitation à tous les désordres, à toutes les folies ?

« Jouissez sans entraves », Henri Cartier-Bresson, mai 1968, Rue de Vaugirard
Que vienne un temps dont on s'éprenne
« Que vienne un temps dont on s’éprenne », Yann Kilborne, 29 avril 2014, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Mon clin d’oeil à Cartier-Bresson représente également un passant face à un graffiti. Mais près de cinquante années se sont écoulées depuis la photographie de 68. L’inscription murale est plus désenchantée : « que vienne un temps dont on s’éprenne ». On peut l’interpréter comme un appel à trouver (ou créer) dans nos existences ce qui fera que nous nous sentions emportés, enflammés, ivres de tous les possibles qui nous entourent. Il ne s’agit donc plus de rompre en s’abandonnant à une liberté débridée (la jouissance sans entraves rappelle peut-être trop la liberté capitaliste de consommation aveugle), mais de construire un monde plus tolérant et solidaire. Ce message lancé aux contemporains (et particulièrement ici à ceux qui fréquentent l’université, c’est-à-dire à ceux dont l’activité consiste théoriquement à produire des savoirs critiques), est lourd de la misère morale qui nous entoure. Il manifeste néanmoins un souffle de révolte, un sursaut lyrique, un désir de désirer.

L’homme s’est arrêté pour contempler ces mots de poésie murale. Il a cessé à cet instant de manger sa pomme. Comme le vieil homme de Cartier-Bresson, il incarne la conscience collective face à un mouvement de rébellion, l’anonyme en tête à tête avec la sommation romantique d’un résistant en acte, s’adressant à tous les résistants en puissance. De la même façon qu’avec la photographie prise un demi-siècle plus tôt, le spectateur à l’image et le spectateur de l’image sont sollicités. Resterons-nous impassible face à ce cri du coeur qui est un cri de désespoir autant qu’un appel d’espérance ? Que fera cet homme de cet appel ? Qu’en ferons-nous ?

Remarque : La photographie à la une de ce billet est l’image de communication utilisée par le Centre Pompidou pour son exposition. Il s’agit d’un portrait de George Hoyningen-Huene, d’Henri Cartier-Bresson, prise à New York en 1935 (The Museum of Modern Art, Thomas Walther).