De la liberté d’aimer les films…

Séance 4/7 du séminaire “Liberté et cinéma” (09/02/2016)

De la liberté d’aimer les films y compris de mauvais goût

Laurent Jullier

La séance se déroulera de 16h00 à 19h00 (au « Studio« , salle H017), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”) le mardi 09 février 2016

« Ceci est mon opinion à propos de qualités que je prête au film tel que je l’interprète » n’est pas du tout la même chose que « ceci est la vérité sur les qualités que possède le film indépendamment du regard que l’on pose sur lui ». S’il n’y avait que des assertions aussi prudentes que la première, on serait dans un monde parfait. Mais ce n’est pas le cas. Tout le monde accepte que les goûts d’autrui puissent être différents, mais tend à les hiérarchiser – et les ennuis commencent, sans doute parce que « notre amour-propre souffre plus impatiemment la condamnation de nos goûts que de nos opinions » (La Rochefoucauld, Maxime n°13, 1678). Résultat, balkanisation sociale et mépris de l’autre sont en hausse. Comment en arrive-t-on à pareille situation ?

LJ2015

Laurent Jullier est professeur d’études cinématographiques à l’IECA (Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel) de l’Université de Lorraine, directeur de recherches à l’IRCAV (Institut de Recherches sur le Cinéma et l’Audiovisuel) de la Sorbonne Nouvelle, et membre d’ARTHEMIS (Advanced Research Team on the History and Epistemology of Film and Moving Image Study, Concordia University, Montréal). Cinéphile depuis son plus jeune âge, mais pas dans le sens où la cinéphilie française orthodoxe entend ce mot, il a conservé son goût pour les films « courants », qu’il prend volontiers comme objets d’étude, souvent en collaborant avec des chercheurs venus d’autres disciplines (sociologie, philosophie…). Il s’occupe d’ailleurs avec E. Dufour et J. Servois de la collection « Philosophie et cinéma » chez Vrin.

Dernier livre paru : Analyser un film. De l’émotion à l’interprétation, Flammarion, coll. Champs, 2012.

Site web : www.ljullier.net/

Image à la une : affiche américaine du film Role models de David Wain (2008), traduit par Les Grands frères en français, puis par Mission 95C pour la sortie du DVD.

Remarque : Je n’ai pas eu le (dé)plaisir de voir ce film… Voici un résumé trouvé dans le descriptif d’un extrait vidéo (en VF évidemment) : « Danny (Paul Rudd, 40 ans toujours puceau, Friends) et Wheeler (Seann William Scott, American Pie) deux trentenaires immatures, n’ont qu’une alternative pour éviter la prison : devenir des « grands frères » et montrer l’exemple à deux jeunes ados. Chasse aux gros seins, beuveries et jeux de rôles médiévaux délirants sont au programme… » Peut-être après la conférence de Laurent Jullier nous précipiterons-nous tous, pour faire sauter les critères du « bon goût » tels des bouchons de champagne ? YK

Godard, cinéaste libre

Séance 3/7 du séminaire “Liberté et cinéma” (20/01/2016)

Godard, cinéaste libre

Alain Bergala

La séance se déroulera à 14h00 (salle Jean Bordes à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – MSHA), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Godard est sans conteste, depuis plus de 50 ans, le plus libre des cinéastes. Il a toujours essayé d’être synchrone avec les époques qu’il a traversées et considéré que son travail de créateur était de trouver les formes justes de chacune de ces époques. Ces formes étaient forcément nouvelles, souvent déroutantes pour les spectateurs, mais il n’a cessé de les inventer sans se sentir tenu aux formes plus académiques qui avaient cours autour de lui dans le cinéma ambiant. Dans ce sens-là il a sans doute été le plus grand inventeur de formes de l’histoire du cinéma depuis les années 60. Mais il a toujours eu besoin, pour chercher ces nouvelles formes, de s’emparer des outils et des supports  nouveaux disponibles, qu’il aura tous expérimentés. Mais la capacité d’invention de Godard lui est venue aussi de sa résistance fondamentale, insurmontable, à la nature syntaxique du cinéma. Il n’a cessé d’explorer une autre façon de penser et de faire le cinéma. Sa trajectoire, que l’on suivra à la trace, à partir d’extraits de ses films, va de la parataxe au tabulaire en passant par le digital. Godard a toujours eu un temps d’avance sur l’évolution de la « pensée du faire » au cinéma, telle qu’elle a été bouleversée par le passage de l’analogique au numérique.

AB portrait ident

Alain Bergala a été rédacteur en chef et directeur de collections aux Cahiers du cinéma. Il est l’auteur de nombreux articles et d’ouvrages consacrés à Godard, Rossellini, Kiarostami, Bunuel, l’acte de création au cinéma, etc.  Il a été de 2000 à 2002 conseiller cinéma auprès du Ministre de l’éducation nationale. Il a réalisé plusieurs films pour le cinéma et la télévision. Il a été Maître de conférences à Paris 3 Sorbonne nouvelle.  Il enseigne le cinéma à la Femis. Commissaire d’expositions : Correspondances Kiarostami Erice ; Brune Blonde ; Pasolini Roma.

Image à la une : portrait de jeunesse de Jean-Luc Godard (sur site France Musique).