Anarchie et cinéma

Séance 3/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (03/12/2014)

Anarchie et cinéma

Jean-Marie Tixier

La séance se déroulera à 14h30 dans la salle 2 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Explorer les relations entre anarchie et cinéma permet de revisiter le XXe siècle, ses illusions, ses tragédies : le cinéma est né au moment où, suite à une série d’attentats, les députés votaient, dans l’urgence, une série de lois liberticides, dites lois scélérates ; ensuite, il a été sur tous les champs de bataille, de tous les conflits…De questionner aussi la question de la constitution de la mémoire historique : non les relations entre cinéma et politique ne commencent pas avec la première guerre mondiale, non, le cinéma révolutionnaire n’est pas l’enfant de la révolution bolchevique… Enfin, les questions posées par tous les cinéastes révolutionnaires restent pertinentes et ouvertes : comment utiliser le cinéma ? A quelles fins ? Quels films faut-il réaliser ? Pour quels publics ?

Du secrétariat du ciné-club du lycée de Biarritz à la présidence du Jean Eustache en passant par l’OROLEIS et l’Agence pour le Développement Régional du Cinéma (ADRC), Jean-Marie Tixier s’est toujours pensé comme un militant de l’éducation populaire à travers la diffusion culturelle du cinéma. Il a prolongé son travail de terrain par l’étude et la réflexion : après une thèse en science politique consacrée au western, Jean-Marie Tixier a publié des articles principalement dans le champ de la relation cinéma/histoire. Rédigé en collaboration avec Claude Aziza, Le western, Un dictionnaire des Amateurs, devrait sortir au 4ème semestre de 2015…

2012.tif

Image à la une : image tirée de l’affiche du film Libertarias de Vicente Aranda (1996), qui met en scène des militantes anarchistes et féministes durant la guerre d’Espagne.

« De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)

Séance 2/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (12/11/2014)

« De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)

Gérard Wormser

La séance se déroulera au « studio », en H017, bâtiment H de l’Université Bordeaux-Montaigne

« De deux choses, pas l’une », pose Jean-Luc Godard dans son histoire du cinéma (1980) qu’il voudrait développer comme une histoire des visions cinématographiques du public et aussi, du côté des cinéastes, une histoire des formes du cadrage. Nous partirons de quelques unes de ses réflexions concernant en particulier le film à petit budget, le documentaire, l’imaginaire et l’inscription de la création dans des ensembles référentiels pour aborder les questions relatives à la liberté dans la création contemporaine. Celle-ci est plus que jamais marquée par l’impossibilité de synthétiser l’expérience humaine dans sa globalité. Notre temps est plus fragmenté que jamais et toute prise de « recul » semble vouée à l’échec, relever de l’idéalisme ou de l’utopie d’une conscience malheureuse. Cette situation de décentration n’est-elle pas simultanément une chance à saisir pour exprimer des relations libres aux conditions de notre existence ? Et le cinéma peut-il incarner cette situation ?

Gérard Wormser, philosophe et fondateur de la revue Sens public (www.sens-public.org) a développé de nombreux travaux à partir de ses études en phénoménologie et sur Jean-Paul Sartre. Dès la réunification européenne, il s’est engagé dans l’action culturelle internationale, en Europe centrale, en Amérique latine, plus récemment en Afrique francophone et en Ukraine. Il a créé à la Maison des sciences de l’Homme Paris-Nord (Saint-Denis) le laboratoire « Nouvelles écritures et éditorialisation » qui tient un séminaire franco-québécois en visioconférence.

Courriel : gwormser@sens-public.org

120719-110732-gb-2012-113-photo-g-piel_large

Image à la une : Jean-Luc Godard