Les enjeux du carnet de recherche

Le Cinécritoire, carnet de recherche en ligne, s’inscrit dans le mouvement récent du journal scientifique numérique. Comme le montrent Marin Dacos et Pierre Mounier dans un excellent article sur le sujet (Dacos et Mounier, 2010), il s’agit là d’un « nouveau mode de communication scientifique », de nature à bouleverser les habitudes du monde académique.

Ces deux auteurs, qui ne sont autres que les fondateurs de la plateforme hypotheses.org (plateforme qui abrite des centaines de carnets de recherche, dont celui-ci), procèdent dans ce texte à la fois à un compte-rendu d’expérience et à une analyse fine des avantages et des conséquences de la pratique du journal en ligne pour les chercheurs.

Pour résumer, trois grands enjeux considérables se dégagent :

a) Le journal rend possible la mise à disposition des pairs et du public d’une quantité de documents ayant servi à produire une recherche (fiches de lectures, notes issues d’observations du terrain, retranscriptions d’entretiens, données audiovisuelles, protocoles, corpus de données, etc.). Tout ce qu’un article scientifique ou même un livre ne révélera pas, en particulier en sciences humaines et sociales, peut être fourni. Or une tel dévoilement des sources et du cheminement permet d’éclairer le processus de production des savoirs scientifiques, c’est-à-dire d' »ouvrir la boîte noire du laboratoire ».

b) En s’adressant directement à ses publics, le scientifique rompt avec le préjugé populaire du savant dans sa tour d’ivoire, et il se passe, au moins en partie, des intermédiaires (en premier lieu des journalistes scientifiques). Le blog scientifique participe ainsi à construire une identité (et une réputation) numérique, qui sert directement la capacité à convaincre de la pertinence des théories élaborées. Le blog constitue par conséquent un outil de valorisation et de communication, propre à favoriser la diffusion des idées d’un chercheur, autant qu’à répondre à une demande sociale.

c) Le carnet de recherche est enfin une manière d’instaurer un séminaire permanent, c’est-à-dire un espace de discussion entre chercheurs (et avec ceux qui souhaitent entrer dans la discussion scientifique), autour de premiers résultats d’une recherche, de questions aporétiques, ou encore de théories contradictoires. Libérés des limites du temps et de l’espace, ces séminaires virtuels sont accessibles depuis n’importe quel continent, et permettent d’imaginer des croisements inédits d’idées.

Le carnet de recherche constitue en somme une révolution : il affecte profondément les pratiques de production des savoirs et surtout d’accès et de réception des connaissances scientifiques. Il renoue avec la tradition de la disputatio par le biais des commentaires et des articles se répondant les uns aux autres. Il offre, expliquent les deux auteurs, « l’opportunité de réinventer l’écriture scientifique autour de la conversation », en complément des formes académiques traditionnelles.

Bibliographie

DACOS Marin, MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, t.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010. Téléchargeable à l’adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849

MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », diaporama issue d’une conférence dans le cadre de la manifestation « Erasme Université Paris 13 » du 09/12/2010, accessible à l’adresse : https://fr.slideshare.net/revuesorg/les-carnets-de-recherche-en-ligne

L’image à la une est extraite du blog « Used books in class »