Archives de catégorie : Hors-cadre

Billets ne traitant pas directement de cinéma

La « mal info » est dangereuse pour la démocratie

Co-réalisateur du film Les Nouveaux chiens de garde1, le journaliste Gilles Balbastre rappelle, dans un entretien sur le site Terrains de luttes, à quel point les médias protègent et confortent l’expansion du néolibéralisme. Il détaille sa lutte contre la censure économique et politique de films ayant pour objet de montrer les mécanismes de la domination, les rouages de la violence économique, et la « dangerosité de l’information » médiatique. Son analogie de la nourriture « bio » avec l’information « bio » est, au-delà de l’effet humoristique, frappante. En effet, il soutient que le citoyen devrait pouvoir accéder à une information « fabriquée par des journalistes élevés en plein air, entièrement nourris à l’investigation, sans trace de libéralisme, de publicité, de conservateur, voire de conservatisme », c’est-à-dire à une information qui ne soit pas de propagande.

« Tout comme la mal bouffe, la mal info est dangereuse pour la santé, la santé intellectuelle, et pour l’environnement, la démocratie. Les journalistes produisent de plus en plus des produits dangereux. On se soucie de ce qu’on met dans notre estomac, donc on peut se soucier aussi de ce qu’on met dans notre tête. »

Ce qui l’amène à remettre les choses à leur place : ce qu’il défend n’est ni particulièrement « militant » ni spécialement « alternatif ». Il s’agit ni plus ni moins que d’assurer une information qui ne soit pas détournée, influencée, fabriquée en fonction de l’intérêt des puissants. Produire une information distanciée des pouvoirs, c’est donc revendiquer une activité de contre-pouvoir. Gilles Balbastre ne fait au fond que revendiquer le journalisme que l’on est en droit d’attendre en démocratie,  et dont la raison d’être est de construire du sens à partir de faits, en montrant les manipulations du pouvoir afin d’en limiter les effets.

« Comme pour un universitaire ou un enseignant, le travail du journalisme consiste à fournir des outils de compréhension et à mettre ensemble des paramètres pour qu’ils aient un sens, et pour les diffuser ensuite à des gens qui ont d’autres types de boulot. C’est pas plus compliqué. C’est pas un travail militant. L’information ça doit être ça, un bien public pour permettre aux démocraties d’être vraiment démocratiques, c’est-à-dire d’empêcher des puissants de faire leurs choses de leur coté, sans que justement la majorité des gens le sache. »

  1. Adapté du livre de Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde (Liber-Raisons d’agir, 2005), le documentaire, Les Nouveaux Chiens de garde (Jem Productions, 2012) a été écrit par Serge Halimi, Pierre Rimbert, Gilles Balbastre & Yannick Kergoat, et réalisé par Gilles Balbastre & Yannick Kergoat. []

Le Master en production tire sa révérence

« Begin at the beginning, » the King said, very gravely, « and go on till you come to the end : then stop. » (Alice in wonderland, Lewis Carroll).

Le sous-financement chronique de plus en plus dramatique de l’enseignement supérieur et le renouvellement du contrat quinquennal (qui lie l’université à l’Etat) pour la période 2016/2020, a conduit l’université Bordeaux Montaigne à un remaniement profond de son offre de formation durant l’année universitaire 2014/2015.

Ce qui aurait pu se présenter comme une opportunité de concevoir des formations améliorées et modernes, n’a été globalement qu’une reproduction de l’existant, mais avec moins de moyens. Des fusions de contenus de formations ont été décidées un peu partout, sans toujours que ces alliances forcées soient posément discutées et réfléchies. Cette période qui aurait pu être propice à la concertation et au dialogue inventif, aux réveil des consciences et à une solidarité plus forte, n’a souvent été qu’un champ de guerre où des puissants ont veillé jalousement à leurs acquis et à leurs habitudes, sans se préoccuper de l’intérêt général ni se soucier de comprendre les sources de la crise de l’université (la compréhension étant le préalable à la détermination d’actions de ripostes possibles). Il en est résulté des choix par défaut, des renoncements et des décisions absurdes.

Le master en production dit « Master CPI » (1) que je dirige dirigeais depuis janvier 2010, en dépit de son succès manifeste et de son originalité revendiquée, n’a pas échappé à ce mouvement général. Malgré des années de réflexion, des années de concertations entre enseignants du master et d’initiatives pédagogiques innovantes, malgré l’ampleur et la qualité du travail de l’équipe pédagogique, et nonobstant tous les indicateurs et résultats favorables (2), cette formation a été rayée de la carte de l’offre de formation de l’Université Bordeaux Montaigne.

Mes tentatives de souligner l’incohérence de cette fermeture et d’instaurer une coopération intelligente avec le département cinéma se sont hélas heurtées à des blocages politiciens au sein de l’établissement. C’est ainsi que la médiocrité de quelques-uns et la lâcheté de quelques autres, peut produire des effets particulièrement délétères dans le cadre d’une politique de désengagement de l’Etat.

Car il faut comprendre, comme l’analyse fort bien Christophe Granger dans un ouvrage récent, que nous sommes face à un projet de destruction de l’université française. Un mouvement néolibéral s’est emparé depuis déjà plusieurs années de l’université et cherche à la façonner à son usage, au mépris des valeurs et libertés académiques. La dernière chose à faire est donc de supprimer les formations impertinentes, les lieux singuliers, les zones de créativité au sein des universités, car alors on ne fait pas que modifier une offre de formation, on supprime des forces vives et des mouvements de résistance.

Image MCPI

L’image ci-dessus est une composition d’Emmanuel Quillet et moi-même, réalisée pour le site du Master CPI (site disparu depuis 2016). Elle représente le producteur, homme ou femme capable tout à la fois d’élaborer une politique éditoriale, de coordonner des équipes, de gérer du matériel, de rechercher des financements, et d’accompagner les auteurs dans l’écriture et la réalisation de leurs films. L’esthétique renvoie au constructivisme russe du début du XXème siècle et à l’idée d’une exploration des possibilités formelles du cinéma.

(1) Le Master « Création, Production, Images » (Master CPI) de l’Université Bordeaux Montaigne est était une formation qui visait à former les étudiants aux métiers de la production audiovisuelle, en associant cours théoriques et ateliers techniques, et en préparant ces futurs professionnels à penser leur propre pratique (ce en quoi elle remplissait son rôle de formation « professionnalisante »). Une place importante était accordée à l’appréhension des enjeux sociaux, économiques et politiques des industries culturelles du cinéma, de la télévision et de l’internet. Mais il ne s’agissait pas de réduire la formation à la transmission de savoirs « utiles ». Nous avions aussi la volonté d’intégrer des savoirs « inutiles » (sans application immédiate), d’initier à la recherche et de favoriser chez les étudiants une capacité critique et une autonomie intellectuelle.

(2) On ne supprime pas, en toute bonne logique, une formation qui répond à tous les critères objectifs d’évaluation et qui a été très positivement évaluée par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (campagne d’évaluation 2014/2015). En l’espèce le master CPI affichait les résultats suivants (sur la base notamment de données collectées et traitées par les services de l’université à travers des tableaux de bord internes et des enquêtes auprès des étudiants) :

  1. La satisfaction des étudiants (et le plaisir réciproque des enseignants)
  2. Stages dans toutes les plus grandes sociétés de production de France
  3. Excellent taux d’embauche après la formation
  4. Equipe enseignante investie et rodée (après les deux années de renouvellement à peu près complet de l’équipe en 2010/2011)
  5. Expérimentations dans le domaine du numérique (web documentaires, web fiction, carnet de recherche sensible)
  6. Ancrage local
  7. Réponse à un besoin de formation dans le secteur
  8. Perspectives internationales (en dehors du partenariat avec la Russie qui a conduit nos étudiants à réaliser un documentaire à Saint-Pétersbourg, un projet avec les Etats-Unis était en cours)
  9. Séminaire de recherche adossé à la formation
  10. Projet de publication des mémoires étudiants
  11. Développement de la pratique des méthodes visuelles par les étudiants (« Il est à souligner, écrivent les rapporteurs de l’HCERES, la pertinence de la réalisation de séquences audiovisuelles en lien avec le mémoire de fin de M2, constituant un outil d’analyse et méthodologique particulièrement intéressant dans le cadre de cette formation. »)
  12. Notoriété grandissante (se traduisant par une forte hausse du niveau et de la quantité des candidats)

Image à la une : extrait du Guignolo, film de Georges Lautner sorti en 1980, avec Jean-Paul Belmondo.

La lutte des intermittents

Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, Place Pey Berland
Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, place Pey Berland, Bordeaux le 23 juin 2014 (cc) Yann Kilborne

Cette image représente un instant de lutte politique : sur le sol sont dessinées à la craie d’innombrables silhouettes de corps d’intermittents et de précaires. Ce sont les victimes des réformes néo-libérales passées et futures. C’est un peuple de cadavres métaphoriques, pour signifier aux gouvernants que leurs décisions sont mortifères.

L’enjeu de ce combat, il est important d’y insister, ne se réduit pas à la défense des droits des intermittents du spectacle. Comme le montre le sociologue Mathieu Grégoire, auteur de Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes1 , les revendications des intermittents dépassent leurs propres intérêts : il s’agit de défendre un système de protection sociale, un modèle de solidarité, qui gagnerait à être étendu à tous les précaires.

 « C’est donc un sujet aux enjeux énormes que les intermittents abordent et révèlent : la constitution de droits pour les salariés à emploi discontinu, c’est-à-dire des droits qui déconnectent le salaire de l’emploi et assurent une continuité des ressources malgré une discontinuité de l’emploi. Il n’y a pas d’autres solutions si on veut cesser de promettre aux millions de salariés au chômage ou dans la précarité un CDI pour tous. »2

Image à la une : photo manifestation sur blog « Ensemble »

  1. GREGOIRE Mathieu, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes de 1919 à nos jours, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 182 p. []
  2. GREGOIRE Mathieu, entretien avec Joseph Confavreux, « Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse », Médiapart, 17 juin 2014. []

Clin d’oeil à Cartier-Bresson

 « Je suis visuel […] J’observe, j’observe, j’observe. C’est par les yeux que je comprends. »

Henri Cartier-Bresson
Life, 15 mars 1963

La visite de (l’excellente) exposition sur Cartier-Bresson au Centre Pompidou m’a inspiré un hommage visuel, en référence à une image de 1968.

Le cliché d’origine de Cartier-Bresson montre un vieil homme passant devant une palissade sur laquelle se trouve un graffiti appelant à « jouir sans entraves ». L’image est amusante car cet homme distingué, les chaussures reluisantes et le chapeau melon vissé sur un crâne que l’on devine dégarni, semble à mille lieux de pouvoir succomber à un tel mot d’ordre. Et pourtant il regarde attentivement cette inscription. Que lui inspire-t-elle ? Le souvenir de ses jeunes années ? La conscience des bouleversements sociaux de son époque ? A-t-il une pensée révoltée face à la révolte, ou au contraire est-il touché par cet hymne à la liberté absolue ?

Le contraste entre l’élégance simple de cet homme mûr et la fougue (probablement de jeunesse) de l’injonction rebelle, renforce la portée de cet appel à la liberté inconditionnelle. La photographie ne fait pas que suggérer la rencontre entre générations, le frottement entre le monde d’après-guerre et celui de la société post-industrielle naissante. Elle implique le spectateur et le message mural s’adresse aussi à lui, par le biais de l’homme au costume-cravate (lequel symbolise les convenances et le respect des règles, fussent-elles vestimentaires). Serons-nous comme ce vieil homme sage, qui continuera probablement sa route sans être affecté outre mesure par ce graffiti insolent ? Ou serons-nous touchés par ce refus de l’ordre établi que représente cette invitation à tous les désordres, à toutes les folies ?

« Jouissez sans entraves », Henri Cartier-Bresson, mai 1968, Rue de Vaugirard
Que vienne un temps dont on s'éprenne
« Que vienne un temps dont on s’éprenne », Yann Kilborne, 29 avril 2014, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Mon clin d’oeil à Cartier-Bresson représente également un passant face à un graffiti. Mais près de cinquante années se sont écoulées depuis la photographie de 68. L’inscription murale est plus désenchantée : « que vienne un temps dont on s’éprenne ». On peut l’interpréter comme un appel à trouver (ou créer) dans nos existences ce qui fera que nous nous sentions emportés, enflammés, ivres de tous les possibles qui nous entourent. Il ne s’agit donc plus de rompre en s’abandonnant à une liberté débridée (la jouissance sans entraves rappelle peut-être trop la liberté capitaliste de consommation aveugle), mais de construire un monde plus tolérant et solidaire. Ce message lancé aux contemporains (et particulièrement ici à ceux qui fréquentent l’université, c’est-à-dire à ceux dont l’activité consiste théoriquement à produire des savoirs critiques), est lourd de la misère morale qui nous entoure. Il manifeste néanmoins un souffle de révolte, un sursaut lyrique, un désir de désirer.

L’homme s’est arrêté pour contempler ces mots de poésie murale. Il a cessé à cet instant de manger sa pomme. Comme le vieil homme de Cartier-Bresson, il incarne la conscience collective face à un mouvement de rébellion, l’anonyme en tête à tête avec la sommation romantique d’un résistant en acte, s’adressant à tous les résistants en puissance. De la même façon qu’avec la photographie prise un demi-siècle plus tôt, le spectateur à l’image et le spectateur de l’image sont sollicités. Resterons-nous impassible face à ce cri du coeur qui est un cri de désespoir autant qu’un appel d’espérance ? Que fera cet homme de cet appel ? Qu’en ferons-nous ?

Remarque : La photographie à la une de ce billet est l’image de communication utilisée par le Centre Pompidou pour son exposition. Il s’agit d’un portrait de George Hoyningen-Huene, d’Henri Cartier-Bresson, prise à New York en 1935 (The Museum of Modern Art, Thomas Walther).

Les enjeux du carnet de recherche

Le Cinécritoire, carnet de recherche en ligne, s’inscrit dans le mouvement récent du journal scientifique numérique. Comme le montrent Marin Dacos et Pierre Mounier dans un excellent article sur le sujet (Dacos et Mounier, 2010), il s’agit là d’un « nouveau mode de communication scientifique », de nature à bouleverser les habitudes du monde académique.

Ces deux auteurs, qui ne sont autres que les fondateurs de la plateforme hypotheses.org (plateforme qui abrite des centaines de carnets de recherche, dont celui-ci), procèdent dans ce texte à la fois à un compte-rendu d’expérience et à une analyse fine des avantages et des conséquences de la pratique du journal en ligne pour les chercheurs.

Pour résumer, trois grands enjeux considérables se dégagent :

a) Le journal rend possible la mise à disposition des pairs et du public d’une quantité de documents ayant servi à produire une recherche (fiches de lectures, notes issues d’observations du terrain, retranscriptions d’entretiens, données audiovisuelles, protocoles, corpus de données, etc.). Tout ce qu’un article scientifique ou même un livre ne révélera pas, en particulier en sciences humaines et sociales, peut être fourni. Or une tel dévoilement des sources et du cheminement permet d’éclairer le processus de production des savoirs scientifiques, c’est-à-dire d' »ouvrir la boîte noire du laboratoire ».

b) En s’adressant directement à ses publics, le scientifique rompt avec le préjugé populaire du savant dans sa tour d’ivoire, et il se passe, au moins en partie, des intermédiaires (en premier lieu des journalistes scientifiques). Le blog scientifique participe ainsi à construire une identité (et une réputation) numérique, qui sert directement la capacité à convaincre de la pertinence des théories élaborées. Le blog constitue par conséquent un outil de valorisation et de communication, propre à favoriser la diffusion des idées d’un chercheur, autant qu’à répondre à une demande sociale.

c) Le carnet de recherche est enfin une manière d’instaurer un séminaire permanent, c’est-à-dire un espace de discussion entre chercheurs (et avec ceux qui souhaitent entrer dans la discussion scientifique), autour de premiers résultats d’une recherche, de questions aporétiques, ou encore de théories contradictoires. Libérés des limites du temps et de l’espace, ces séminaires virtuels sont accessibles depuis n’importe quel continent, et permettent d’imaginer des croisements inédits d’idées.

Le carnet de recherche constitue en somme une révolution : il affecte profondément les pratiques de production des savoirs et surtout d’accès et de réception des connaissances scientifiques. Il renoue avec la tradition de la disputatio par le biais des commentaires et des articles se répondant les uns aux autres. Il offre, expliquent les deux auteurs, « l’opportunité de réinventer l’écriture scientifique autour de la conversation », en complément des formes académiques traditionnelles.

Bibliographie

DACOS Marin, MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, t.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010. Téléchargeable à l’adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849

MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », diaporama issue d’une conférence dans le cadre de la manifestation « Erasme Université Paris 13 » du 09/12/2010, accessible à l’adresse : https://fr.slideshare.net/revuesorg/les-carnets-de-recherche-en-ligne

L’image à la une est extraite du blog « Used books in class »