Tous les articles par Yann Kilborne

Maître de Conférences, enseigne le cinéma à l'Université Bordeaux Montaigne. Membre du laboratoire CLARE, équipe ARTES.

Programme du séminaire « Liberté et cinéma »

LIBERTÉ ET CINÉMA

Séminaire 2014-2016

Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA, Axe Médias

Responsable : Yann Kilborne.

Comité d’organisation : Jean-François Cazeaux et Yann Kilborne

Résumé

Ce séminaire a pour objet de confronter la liberté et le cinéma c’est-à-dire d’étudier aussi bien les mises en récit de la liberté et de ses contradictions, que les systèmes de contraintes liés à la nature antinomique du cinéma, aux transformations techniques, aux représentations communes et aux nouvelles pratiques médiatiques.

Présentation

Les liens qu’entretiennent la liberté et le cinéma sont multiples et bigarrés. Liberté et cinéma peuvent en effet être considérés à travers la variété des mises en scène des formes de la liberté au cinéma (liberté morale, liberté du sujet rationnel, liberté psychologique, liberté politique). Il s’agit alors d’examiner quels choix de scénarisation, de cadre, de lumière, de montage, de musique etc. sont déployés pour mettre en avant la tension entre le libre-arbitre et les contraintes qui empêchent la volonté par exemple, ou encore pour mettre en exergue la revendication de droits face à un pouvoir oppressif. Le questionnement autour du couple liberté et cinéma est ainsi l’occasion de s’intéresser de près à la manière dont un film concrétise et met en abyme les antinomies de la liberté.

Mais le rapport entre liberté et cinéma appelle aussi des réflexions sur la tension permanente, constitutive du cinéma,  entre une dimension artistique d’un côté, et une appartenance aux industries culturelles de l’autre : comment le cinéma lui-même se constitue-t-il en forme artistique autonome à l’intérieur d’un système de contraintes techniques, économiques et politiques ? Comment s’exercent les censures, et en quoi consistent-elles ? Comment comprendre la liberté artistique du cinéaste et quels liens peut-on observer entre les trajectoires personnelles et professionnelles d’auteurs d’un côté, et le style déployé dans leur cinéma et leurs sujets de films de l’autre ?

Enfin, l’association de la liberté et du cinéma invite à réfléchir aux limites du cinéma en tant que système déterminé de combinaison d’images, au regard des transformations technologiques (le numérique, s’il libère de la dépendance à des laboratoires et de la dégradation programmée de la pellicule, ne construit-il pas de nouvelles contraintes ou formes d’assujettissement ?), des frontières avec d’autres arts ou pratiques audiovisuelles (où se situe la liberté d’une adaptation littéraire ? Comment un film s’émancipe-t-il du scénario ? Quelle place reste-t-il au cinéma dans le jeu marketing du transmédia ? Comment analyser la liberté d’action du joueur de jeux vidéos ou celle présumée de l’internaute face au cinéma interactif, par opposition à la « passivité » du spectateur de cinéma ?), et des catégories habituellement mobilisées pour appréhender le cinéma (comment des films échappent-ils à la classification des genres en fiction, ou à la traditionnelle distinction entre documentaire et fiction ?).

Ce séminaire entend donc aborder cet attelage de la liberté et du cinéma de manière transdiciplinaire, s’autorisant à faire appel aussi bien à l’esthétique, à la sociologie, à l’économie, qu’à l’histoire ou encore à la philosophie.

Les séances se tiennent sur le campus de Bordeaux-Montaigne, soit à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), soit dans le bâtiment H en salle H017 (dit « Le Studio »).

Calendrier de l’année 2014/2015

  1. Mercredi 1er octobre après-midi (14h30-17h30) – Salle 2, MSHA – Jean-François CAZEAUX (Philosophe, Bordeaux) : Andrei Tarkovski : la liberté d’un artiste
  2. Mercredi 12 novembre après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) : Gérard WORMSER (Philosophe, ENS de Lyon, directeur de la revue Sens Public) : « De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)
  3. Mercredi 3 décembre après-midi (14h30-17h30) – Salle 2, MSHA – Jean-Marie TIXIER (ancien MCF Science politique, Bordeaux) : Anarchisme et liberté
  4. Mercredi 21 janvier après-midi (14h30-17h30) – Salle Jean Borde, MSHA – Jean-Pierre ESQUENAZI (PU Info-com, Lyon 3) : Liberté à Hollywood : la machine sociale du film noir
  5. Mercredi 11 février après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) : Franck CORMERAIS (PU Info-com, UBM) : Du Cinéma de la liberté à la liberté du cinéma
  6. Mercredi 4 mars après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) – Antoine GAUDIN (MCF Cinéma, Paris 3)  : Les Enjeux formels de la liberté au cinéma

Calendrier de l’année 2015/2016

  1. Mercredi 30 septembre après-midi (14h00-17h00) – Salle H017 (Studio) – Frédéric GIMELLO-MESPLOMB (PR Info-com, Avignon) : Généalogie de la notion de liberté dans le champ du cinéma.
  2. Mercredi 18 novembre après-midi (14h00-17h00) – Salle H017 (Studio) – Claire KAISER (MCF Allemand, Université Bordeaux Montaigne) : Le Nouveau cinéma allemand ou l’expérimentation de libertés nouvelles.
  3. Mercredi 20 janvier après-midi (14h00-17h00) – Salle Jean Bordes (MSHA) – Alain BERGALA (Paris 3 & Femis) : Godard, cinéaste libre.
  4. Mardi 09 février après-midi (16h00-19h00) – Salle H017 (Studio) – Laurent JULLIER (PR, Université de Lorraine) : De la liberté d’aimer les films, y compris de mauvais goût.
  5. Mercredi 16 mars après-midi (14h30-17h00) – Salle à préciser – Guillaume SOULEZ (PR, Paris 3) : La liberté du spectateur.

Les séances ont lieu, tantôt à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA), tantôt au Studio de l’ISIC (salle H017, bâtiment H), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram « Montaigne-Montesquieu »)

Image à la une : image extraite du film Easyrider (1969), film américain de Dennis Hopper, emblème du mouvement hippie et de l’aspiration à la liberté individuelle.

Pratiquer et penser la pratique

Dans un récent ouvrage intitulé L’homme cinéma (éditions Ecriture, 2014), Jean Douchet évoque sa volonté d’instaurer à la suite de 1968 un lien étroit entre théorie et pratique à l’Idhec. Plus de quarante ans plus tard nombreux sont les universitaires à qui il faut encore expliquer l’intérêt (je devrais dire, la nécessité), d’une telle démarche.

« La grande révolution de mai 1968 à l’Idhec a consisté à redonner son rôle capital à la pratique. On apprend en pratiquant, mais la pratique nécessite que l’on en ait une idée, donc que l’on ait une réflexion sur le cinéma permettant de penser cette pratique. C’est l’axe pédagogique que Daquin et moi avons voulu imposer. Prendre un son, prendre une lumière, monter une suite d’images n’est jamais innocent. Il fallait à la fois la pratique et ce qui soutient la pratique… » (p. 120-121)

Lhomme-cinéma-de-Jean-Douchet
Image à la une : vidéo de Novanima

La lutte des intermittents

Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, Place Pey Berland
Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, place Pey Berland, Bordeaux le 23 juin 2014 (cc) Yann Kilborne

Cette image représente un instant de lutte politique : sur le sol sont dessinées à la craie d’innombrables silhouettes de corps d’intermittents et de précaires. Ce sont les victimes des réformes néo-libérales passées et futures. C’est un peuple de cadavres métaphoriques, pour signifier aux gouvernants que leurs décisions sont mortifères.

L’enjeu de ce combat, il est important d’y insister, ne se réduit pas à la défense des droits des intermittents du spectacle. Comme le montre le sociologue Mathieu Grégoire, auteur de Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes1 , les revendications des intermittents dépassent leurs propres intérêts : il s’agit de défendre un système de protection sociale, un modèle de solidarité, qui gagnerait à être étendu à tous les précaires.

 « C’est donc un sujet aux enjeux énormes que les intermittents abordent et révèlent : la constitution de droits pour les salariés à emploi discontinu, c’est-à-dire des droits qui déconnectent le salaire de l’emploi et assurent une continuité des ressources malgré une discontinuité de l’emploi. Il n’y a pas d’autres solutions si on veut cesser de promettre aux millions de salariés au chômage ou dans la précarité un CDI pour tous. »2

Image à la une : photo manifestation sur blog « Ensemble »

  1. GREGOIRE Mathieu, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes de 1919 à nos jours, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 182 p. []
  2. GREGOIRE Mathieu, entretien avec Joseph Confavreux, « Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse », Médiapart, 17 juin 2014. []

Clin d’oeil à Cartier-Bresson

 « Je suis visuel […] J’observe, j’observe, j’observe. C’est par les yeux que je comprends. »

Henri Cartier-Bresson
Life, 15 mars 1963

La visite de (l’excellente) exposition sur Cartier-Bresson au Centre Pompidou m’a inspiré un hommage visuel, en référence à une image de 1968.

Le cliché d’origine de Cartier-Bresson montre un vieil homme passant devant une palissade sur laquelle se trouve un graffiti appelant à « jouir sans entraves ». L’image est amusante car cet homme distingué, les chaussures reluisantes et le chapeau melon vissé sur un crâne que l’on devine dégarni, semble à mille lieux de pouvoir succomber à un tel mot d’ordre. Et pourtant il regarde attentivement cette inscription. Que lui inspire-t-elle ? Le souvenir de ses jeunes années ? La conscience des bouleversements sociaux de son époque ? A-t-il une pensée révoltée face à la révolte, ou au contraire est-il touché par cet hymne à la liberté absolue ?

Le contraste entre l’élégance simple de cet homme mûr et la fougue (probablement de jeunesse) de l’injonction rebelle, renforce la portée de cet appel à la liberté inconditionnelle. La photographie ne fait pas que suggérer la rencontre entre générations, le frottement entre le monde d’après-guerre et celui de la société post-industrielle naissante. Elle implique le spectateur et le message mural s’adresse aussi à lui, par le biais de l’homme au costume-cravate (lequel symbolise les convenances et le respect des règles, fussent-elles vestimentaires). Serons-nous comme ce vieil homme sage, qui continuera probablement sa route sans être affecté outre mesure par ce graffiti insolent ? Ou serons-nous touchés par ce refus de l’ordre établi que représente cette invitation à tous les désordres, à toutes les folies ?

« Jouissez sans entraves », Henri Cartier-Bresson, mai 1968, Rue de Vaugirard
Que vienne un temps dont on s'éprenne
« Que vienne un temps dont on s’éprenne », Yann Kilborne, 29 avril 2014, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Mon clin d’oeil à Cartier-Bresson représente également un passant face à un graffiti. Mais près de cinquante années se sont écoulées depuis la photographie de 68. L’inscription murale est plus désenchantée : « que vienne un temps dont on s’éprenne ». On peut l’interpréter comme un appel à trouver (ou créer) dans nos existences ce qui fera que nous nous sentions emportés, enflammés, ivres de tous les possibles qui nous entourent. Il ne s’agit donc plus de rompre en s’abandonnant à une liberté débridée (la jouissance sans entraves rappelle peut-être trop la liberté capitaliste de consommation aveugle), mais de construire un monde plus tolérant et solidaire. Ce message lancé aux contemporains (et particulièrement ici à ceux qui fréquentent l’université, c’est-à-dire à ceux dont l’activité consiste théoriquement à produire des savoirs critiques), est lourd de la misère morale qui nous entoure. Il manifeste néanmoins un souffle de révolte, un sursaut lyrique, un désir de désirer.

L’homme s’est arrêté pour contempler ces mots de poésie murale. Il a cessé à cet instant de manger sa pomme. Comme le vieil homme de Cartier-Bresson, il incarne la conscience collective face à un mouvement de rébellion, l’anonyme en tête à tête avec la sommation romantique d’un résistant en acte, s’adressant à tous les résistants en puissance. De la même façon qu’avec la photographie prise un demi-siècle plus tôt, le spectateur à l’image et le spectateur de l’image sont sollicités. Resterons-nous impassible face à ce cri du coeur qui est un cri de désespoir autant qu’un appel d’espérance ? Que fera cet homme de cet appel ? Qu’en ferons-nous ?

Remarque : La photographie à la une de ce billet est l’image de communication utilisée par le Centre Pompidou pour son exposition. Il s’agit d’un portrait de George Hoyningen-Huene, d’Henri Cartier-Bresson, prise à New York en 1935 (The Museum of Modern Art, Thomas Walther).

Les enjeux du carnet de recherche

Le Cinécritoire, carnet de recherche en ligne, s’inscrit dans le mouvement récent du journal scientifique numérique. Comme le montrent Marin Dacos et Pierre Mounier dans un excellent article sur le sujet (Dacos et Mounier, 2010), il s’agit là d’un « nouveau mode de communication scientifique », de nature à bouleverser les habitudes du monde académique.

Ces deux auteurs, qui ne sont autres que les fondateurs de la plateforme hypotheses.org (plateforme qui abrite des centaines de carnets de recherche, dont celui-ci), procèdent dans ce texte à la fois à un compte-rendu d’expérience et à une analyse fine des avantages et des conséquences de la pratique du journal en ligne pour les chercheurs.

Pour résumer, trois grands enjeux considérables se dégagent :

a) Le journal rend possible la mise à disposition des pairs et du public d’une quantité de documents ayant servi à produire une recherche (fiches de lectures, notes issues d’observations du terrain, retranscriptions d’entretiens, données audiovisuelles, protocoles, corpus de données, etc.). Tout ce qu’un article scientifique ou même un livre ne révélera pas, en particulier en sciences humaines et sociales, peut être fourni. Or une tel dévoilement des sources et du cheminement permet d’éclairer le processus de production des savoirs scientifiques, c’est-à-dire d' »ouvrir la boîte noire du laboratoire ».

b) En s’adressant directement à ses publics, le scientifique rompt avec le préjugé populaire du savant dans sa tour d’ivoire, et il se passe, au moins en partie, des intermédiaires (en premier lieu des journalistes scientifiques). Le blog scientifique participe ainsi à construire une identité (et une réputation) numérique, qui sert directement la capacité à convaincre de la pertinence des théories élaborées. Le blog constitue par conséquent un outil de valorisation et de communication, propre à favoriser la diffusion des idées d’un chercheur, autant qu’à répondre à une demande sociale.

c) Le carnet de recherche est enfin une manière d’instaurer un séminaire permanent, c’est-à-dire un espace de discussion entre chercheurs (et avec ceux qui souhaitent entrer dans la discussion scientifique), autour de premiers résultats d’une recherche, de questions aporétiques, ou encore de théories contradictoires. Libérés des limites du temps et de l’espace, ces séminaires virtuels sont accessibles depuis n’importe quel continent, et permettent d’imaginer des croisements inédits d’idées.

Le carnet de recherche constitue en somme une révolution : il affecte profondément les pratiques de production des savoirs et surtout d’accès et de réception des connaissances scientifiques. Il renoue avec la tradition de la disputatio par le biais des commentaires et des articles se répondant les uns aux autres. Il offre, expliquent les deux auteurs, « l’opportunité de réinventer l’écriture scientifique autour de la conversation », en complément des formes académiques traditionnelles.

Bibliographie

DACOS Marin, MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », in Lieux de savoir, t.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, 2010. Téléchargeable à l’adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00439849

MOUNIER Pierre, « Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée », diaporama issue d’une conférence dans le cadre de la manifestation « Erasme Université Paris 13 » du 09/12/2010, accessible à l’adresse : https://fr.slideshare.net/revuesorg/les-carnets-de-recherche-en-ligne

L’image à la une est extraite du blog « Used books in class »