A propos de l’auteur

Maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne depuis 2009, j’enseigne le cinéma dans une perspective transdisciplinaire, en faisant référence aussi bien l’esthétique et à l’histoire du cinéma, que plus généralement à la philosophie et à la sociologie.

Ce souci de croiser plusieurs disciplines afin de produire des savoirs transversaux, tient beaucoup à une formation initiale en philosophie et à une spécialisation complémentaire en sociologie, en parallèle d’une pratique de la réalisation (documentaire, fiction, expérimental, clip). Il se retrouve dans mon travail de doctorat consacré au cinéma documentaire (soutenu en 2008). J’ai convoqué à cette occasion aussi bien l’esthétique du cinéma que l’analyse de discours et la sémio-pragmatique. Je visais en effet à m’appuyer sur des analyses de films confrontées à des discours de cinéastes, afin de pouvoir dégager les représentations contradictoires du cinéma documentaire.

L’objectif était, pour résumer, de décrire la complexité de l’activité de réalisation de films documentaires en cherchant à croiser les multiples dimensions de ce que j’ai appelé « l’expérience documentaire ». C’est ainsi que je me suis engagé dans une réflexion sur les antinomies du cinéma « non fictif » et une enquête de terrain, permettant d’aboutir à un grille de lecture des genres documentaires, et de nature à éclairer les parcours, les stratégies et les discours d’un ensemble de cinéastes documentaristes français.

D’une manière générale, mes publications et mes communications témoignent très largement de mes nombreuses années de recherches sur le cinéma documentaire. Un premier ouvrage Regarder le monde, filmer l’invisible (2006) décrit la culture commune à un cercle de cinéastes documentaristes français à l’aide des concepts et outils de l’ethnométhodologie. Je reviens sur les présupposés méthodologiques de cette démarche dans un article ( « Modalités d’une enquête ethnométhodologique sur la réalisation documentaire », 2007). Dans « Trajets de vie et films du réel » (2007),  je m’intéresse aux récits de vie de cinéastes, et j’expose les stratégies de documentaristes dans un texte intitulé « Danser entre les chaînes. Les documentaristes à l’épreuve de la télévision » (2009). Plus récemment, j’ai analysé comment le webdocumentaire pouvait reproduire les schémas télévisuels malgré un discours d’émancipation vis-à-vis du petit écran (« Format télévisuel et webdocumentaire français », 2015).

Mes recherches, à partir de fin 2009 et jusqu’à la mi-2016, ont été très fortement influencées par mes responsabilités de directeur de Master et la refondation du programme de formation. La conception d’un dispositif de pédagogie coopérative m’a conduit, par un travail d’observation participante, à analyser les effets des transformations pédagogiques et des ajustements progressifs, ainsi qu’à confronter les principes théoriques aux contradictions du terrain (« Pédagogie coopérative complexe et formation à l’audiovisuel », 2012). Parmi les expériences pédagogiques menées à l’échelle de deux années de formation, figure notamment celle du « carnet d’écriture sensible », espace d’écriture réflexive et d’expression personnelle, à laquelle j’ai consacré un article complet (« Le Carnet d’écriture sensible », à paraître)

Aujourd’hui je me consacre à l’esthétique philosophique du cinéma. J’explore en particulier le potentiel interprétatif offert par la philosophie en matière d’analyse filmique. Par ailleurs, je coordonne actuellement un ouvrage collectif, après deux années de séminaire, ayant pour objet de confronter la liberté et le cinéma à travers les travaux de chercheurs relevant, au-delà de leur spécialisation en cinéma, de multiples horizons disciplinaires.

A mes activités d’enseignement et de recherche, s’ajoute la réalisation cinématographique (projet en cours de film policier burlesque, à la croisée des arts plastiques, du théâtre et du cinéma), avec l’idée que l’élaboration théorique sur les images gagne à se confronter à l’expérience sensible de la création en cinéma, tout comme la pratique sort renforcée de sa confrontation avec la pensée spéculative et analytique.

phd041612s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Carnet de recherche sur le cinéma