La « mal info » est dangereuse pour la démocratie

Co-réalisateur du film Les Nouveaux chiens de garde1, le journaliste Gilles Balbastre rappelle, dans un entretien sur le site Terrains de luttes, à quel point les médias protègent et confortent l’expansion du néolibéralisme. Il détaille sa lutte contre la censure économique et politique de films ayant pour objet de montrer les mécanismes de la domination, les rouages de la violence économique, et la « dangerosité de l’information » médiatique. Son analogie de la nourriture « bio » avec l’information « bio » est, au-delà de l’effet humoristique, frappante. En effet, il soutient que le citoyen devrait pouvoir accéder à une information « fabriquée par des journalistes élevés en plein air, entièrement nourris à l’investigation, sans trace de libéralisme, de publicité, de conservateur, voire de conservatisme », c’est-à-dire à une information qui ne soit pas de propagande.

« Tout comme la mal bouffe, la mal info est dangereuse pour la santé, la santé intellectuelle, et pour l’environnement, la démocratie. Les journalistes produisent de plus en plus des produits dangereux. On se soucie de ce qu’on met dans notre estomac, donc on peut se soucier aussi de ce qu’on met dans notre tête. »

Ce qui l’amène à remettre les choses à leur place : ce qu’il défend n’est ni particulièrement « militant » ni spécialement « alternatif ». Il s’agit ni plus ni moins que d’assurer une information qui ne soit pas détournée, influencée, fabriquée en fonction de l’intérêt des puissants. Produire une information distanciée des pouvoirs, c’est donc revendiquer une activité de contre-pouvoir. Gilles Balbastre ne fait au fond que revendiquer le journalisme que l’on est en droit d’attendre en démocratie,  et dont la raison d’être est de construire du sens à partir de faits, en montrant les manipulations du pouvoir afin d’en limiter les effets.

« Comme pour un universitaire ou un enseignant, le travail du journalisme consiste à fournir des outils de compréhension et à mettre ensemble des paramètres pour qu’ils aient un sens, et pour les diffuser ensuite à des gens qui ont d’autres types de boulot. C’est pas plus compliqué. C’est pas un travail militant. L’information ça doit être ça, un bien public pour permettre aux démocraties d’être vraiment démocratiques, c’est-à-dire d’empêcher des puissants de faire leurs choses de leur coté, sans que justement la majorité des gens le sache. »

  1. Adapté du livre de Serge Halimi, Les nouveaux chiens de garde (Liber-Raisons d’agir, 2005), le documentaire, Les Nouveaux Chiens de garde (Jem Productions, 2012) a été écrit par Serge Halimi, Pierre Rimbert, Gilles Balbastre & Yannick Kergoat, et réalisé par Gilles Balbastre & Yannick Kergoat. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *