Le Master en production tire sa révérence

« Begin at the beginning, » the King said, very gravely, « and go on till you come to the end : then stop. » (Alice in wonderland, Lewis Carroll).

Le sous-financement chronique de plus en plus dramatique de l’enseignement supérieur et le renouvellement du contrat quinquennal (qui lie l’université à l’Etat) pour la période 2016/2020, a conduit l’université Bordeaux Montaigne à un remaniement profond de son offre de formation durant l’année universitaire 2014/2015.

Ce qui aurait pu se présenter comme une opportunité de concevoir des formations améliorées et modernes, n’a été globalement qu’une reproduction de l’existant, mais avec moins de moyens. Des fusions de contenus de formations ont été décidées un peu partout, sans toujours que ces alliances forcées soient posément discutées et réfléchies. Cette période qui aurait pu être propice à la concertation et au dialogue inventif, aux réveil des consciences et à une solidarité plus forte, n’a souvent été qu’un champ de guerre où des puissants ont veillé jalousement à leurs acquis et à leurs habitudes, sans se préoccuper de l’intérêt général ni se soucier de comprendre les sources de la crise de l’université (la compréhension étant le préalable à la détermination d’actions de ripostes possibles). Il en est résulté des choix par défaut, des renoncements et des décisions absurdes.

Le master en production dit « Master CPI » (1) que je dirige dirigeais depuis janvier 2010, en dépit de son succès manifeste et de son originalité revendiquée, n’a pas échappé à ce mouvement général. Malgré des années de réflexion, des années de concertations entre enseignants du master et d’initiatives pédagogiques innovantes, malgré l’ampleur et la qualité du travail de l’équipe pédagogique, et nonobstant tous les indicateurs et résultats favorables (2), cette formation a été rayée de la carte de l’offre de formation de l’Université Bordeaux Montaigne.

Mes tentatives de souligner l’incohérence de cette fermeture et d’instaurer une coopération intelligente avec le département cinéma se sont hélas heurtées à des blocages politiciens au sein de l’établissement. C’est ainsi que la médiocrité de quelques-uns et la lâcheté de quelques autres, peut produire des effets particulièrement délétères dans le cadre d’une politique de désengagement de l’Etat.

Car il faut comprendre, comme l’analyse fort bien Christophe Granger dans un ouvrage récent, que nous sommes face à un projet de destruction de l’université française. Un mouvement néolibéral s’est emparé depuis déjà plusieurs années de l’université et cherche à la façonner à son usage, au mépris des valeurs et libertés académiques. La dernière chose à faire est donc de supprimer les formations impertinentes, les lieux singuliers, les zones de créativité au sein des universités, car alors on ne fait pas que modifier une offre de formation, on supprime des forces vives et des mouvements de résistance.

Image MCPI

L’image ci-dessus est une composition d’Emmanuel Quillet et moi-même, réalisée pour le site du Master CPI (site disparu depuis 2016). Elle représente le producteur, homme ou femme capable tout à la fois d’élaborer une politique éditoriale, de coordonner des équipes, de gérer du matériel, de rechercher des financements, et d’accompagner les auteurs dans l’écriture et la réalisation de leurs films. L’esthétique renvoie au constructivisme russe du début du XXème siècle et à l’idée d’une exploration des possibilités formelles du cinéma.

(1) Le Master « Création, Production, Images » (Master CPI) de l’Université Bordeaux Montaigne est était une formation qui visait à former les étudiants aux métiers de la production audiovisuelle, en associant cours théoriques et ateliers techniques, et en préparant ces futurs professionnels à penser leur propre pratique (ce en quoi elle remplissait son rôle de formation « professionnalisante »). Une place importante était accordée à l’appréhension des enjeux sociaux, économiques et politiques des industries culturelles du cinéma, de la télévision et de l’internet. Mais il ne s’agissait pas de réduire la formation à la transmission de savoirs « utiles ». Nous avions aussi la volonté d’intégrer des savoirs « inutiles » (sans application immédiate), d’initier à la recherche et de favoriser chez les étudiants une capacité critique et une autonomie intellectuelle.

(2) On ne supprime pas, en toute bonne logique, une formation qui répond à tous les critères objectifs d’évaluation et qui a été très positivement évaluée par le Haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (campagne d’évaluation 2014/2015). En l’espèce le master CPI affichait les résultats suivants (sur la base notamment de données collectées et traitées par les services de l’université à travers des tableaux de bord internes et des enquêtes auprès des étudiants) :

  1. La satisfaction des étudiants (et le plaisir réciproque des enseignants)
  2. Stages dans toutes les plus grandes sociétés de production de France
  3. Excellent taux d’embauche après la formation
  4. Equipe enseignante investie et rodée (après les deux années de renouvellement à peu près complet de l’équipe en 2010/2011)
  5. Expérimentations dans le domaine du numérique (web documentaires, web fiction, carnet de recherche sensible)
  6. Ancrage local
  7. Réponse à un besoin de formation dans le secteur
  8. Perspectives internationales (en dehors du partenariat avec la Russie qui a conduit nos étudiants à réaliser un documentaire à Saint-Pétersbourg, un projet avec les Etats-Unis était en cours)
  9. Séminaire de recherche adossé à la formation
  10. Projet de publication des mémoires étudiants
  11. Développement de la pratique des méthodes visuelles par les étudiants (« Il est à souligner, écrivent les rapporteurs de l’HCERES, la pertinence de la réalisation de séquences audiovisuelles en lien avec le mémoire de fin de M2, constituant un outil d’analyse et méthodologique particulièrement intéressant dans le cadre de cette formation. »)
  12. Notoriété grandissante (se traduisant par une forte hausse du niveau et de la quantité des candidats)

Image à la une : extrait du Guignolo, film de Georges Lautner sorti en 1980, avec Jean-Paul Belmondo.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *