Godard, cinéaste libre

Séance 3/7 du séminaire “Liberté et cinéma” (20/01/2016)

Godard, cinéaste libre

Alain Bergala

La séance se déroulera à 14h00 (salle Jean Bordes à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine – MSHA), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Godard est sans conteste, depuis plus de 50 ans, le plus libre des cinéastes. Il a toujours essayé d’être synchrone avec les époques qu’il a traversées et considéré que son travail de créateur était de trouver les formes justes de chacune de ces époques. Ces formes étaient forcément nouvelles, souvent déroutantes pour les spectateurs, mais il n’a cessé de les inventer sans se sentir tenu aux formes plus académiques qui avaient cours autour de lui dans le cinéma ambiant. Dans ce sens-là il a sans doute été le plus grand inventeur de formes de l’histoire du cinéma depuis les années 60. Mais il a toujours eu besoin, pour chercher ces nouvelles formes, de s’emparer des outils et des supports  nouveaux disponibles, qu’il aura tous expérimentés. Mais la capacité d’invention de Godard lui est venue aussi de sa résistance fondamentale, insurmontable, à la nature syntaxique du cinéma. Il n’a cessé d’explorer une autre façon de penser et de faire le cinéma. Sa trajectoire, que l’on suivra à la trace, à partir d’extraits de ses films, va de la parataxe au tabulaire en passant par le digital. Godard a toujours eu un temps d’avance sur l’évolution de la « pensée du faire » au cinéma, telle qu’elle a été bouleversée par le passage de l’analogique au numérique.

AB portrait ident

Alain Bergala a été rédacteur en chef et directeur de collections aux Cahiers du cinéma. Il est l’auteur de nombreux articles et d’ouvrages consacrés à Godard, Rossellini, Kiarostami, Bunuel, l’acte de création au cinéma, etc.  Il a été de 2000 à 2002 conseiller cinéma auprès du Ministre de l’éducation nationale. Il a réalisé plusieurs films pour le cinéma et la télévision. Il a été Maître de conférences à Paris 3 Sorbonne nouvelle.  Il enseigne le cinéma à la Femis. Commissaire d’expositions : Correspondances Kiarostami Erice ; Brune Blonde ; Pasolini Roma.

Image à la une : portrait de jeunesse de Jean-Luc Godard (sur site France Musique).

Le Nouveau Cinéma Allemand

Séance 2/7 du séminaire “Liberté et cinéma” (18/11/2015)

Le Nouveau Cinéma Allemand ou l’expérimentation de libertés nouvelles

Claire Kaiser

La séance se déroulera à 14h00 au Studio (H017), sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Le Nouveau Cinéma Allemand, dont les bases sont posées en 1962 dans le Manifeste d’Oberhausen, revendique la conquête de libertés nouvelles pour le cinéma ouest-allemand. A l’aube des années 1960 celui-ci est en effet totalement inféodé aux contraintes de l’industrie qui uniformise les schémas cinématographiques et laisse peu de place à l’invention. Il s’agira de montrer comment ce jeune cinéma, qui émerge en RFA dans le sillage de la contestation critique des années 1960-1970 et postule la liberté créatrice inconditionnelle de l’auteur, tente de réinventer le langage cinématographique pour donner forme à un art nouveau émancipé du récit filmique traditionnel, tant au niveau thématique que formel. Le refus frontal du « cinéma de papa » et une liberté de ton inédite accompagnent désormais la dénonciation de l’aliénation de l’individu et de l’amnésie collective à l’œuvre dans l’Allemagne du miracle économique.

claire kaiser photo

Claire Kaiser est maître de conférences en études germaniques à l’université Bordeaux-Montaigne. Ses travaux portent sur le cinéma allemand contemporain, appréhendé aussi bien dans sa dimension esthétique que socio-historique, et explorent plus particulièrement le lien entre identité et mode de représentation ainsi qu’entre cinéma et histoire. Elle a notamment contribué à l’ouvrage sur Michael Haneke, dirigé par Valérie Carré, Fragments du monde. Retour sur l’oeuvre de Michael Haneke (Le Bord de l’eau, Paris, 2012). Elle a également publié en 2013 Le national-socialisme dans le cinéma allemand contemporain avec Hélène Camarade et Elizabeth Guilhamon (Presses universitaires du Septentrion). Elle est aussi l’auteure de Rainer Werner Fassbinder – Identité allemande et crise du sujet, paru en 2105 aux Presses universitaires de Bordeaux.

Image à la une : image tirée du film de Volker Schlöndorff sorti en 1979, Le Tambour (titre original : Die Blechtrommel), adapté du roman éponyme de Günter Grass paru en 1959.

La liberté dans le champ du cinéma français

Séance 1/8 du séminaire “Liberté et cinéma” (30/09/2015)

La liberté dans le champ du cinéma français : genèse d’un idéal et processus d’institutionnalisation d’un discours

Frédéric Gimello-Mesplomb

La séance se déroulera à 14h00 au “studio”, en H017, bâtiment H de l’Université Bordeaux-Montaigne, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Liberté des programmes, liberté de l’information, liberté des prix, libre circulation des films, liberté de choix du (télé)spectateur (Regourd, 1996), on n’échappe pas à ce qui fait figure de norme structurant la sphère de la réception médiatique (Dayan, 2000), mais aussi de régime d’accord fonctionnant comme un instrument de mesure de l’efficacité des politiques audiovisuelles (Gimello, 2003). Le paradigme de la « liberté », auquel l’auteur de film reste aujourd’hui intimement attaché (Jeancolas et Marie, 1996), est à la fois un impensé de l’action culturelle publique (an implicit cultural policy selon J. Ahearne 2009) qui fut maintes fois analysé sous l’angle des créateurs (Dubois, 1999 ; Menger, 2011) mais qui reste encore très peu abordé en adoptant le point du vue de l’usager, le spectateur. Cette intervention revient sur le processus institutionnel de construction du discours sur la « liberté du spectateur », ses dynamiques de changement, ses représentations comme ses motif de lutte et ses ambivalences, ainsi que sur l’ambition à aborder un tel objet dans le cadre des recherches en SIC.

Frédéric Gimello-Mesplomb est Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université d’ Avignon, et directeur de l’équipe Culture et Communication du Centre Norbert Elias (UMR UAPV-CNRS-EHESS-AMU). Ses travaux portent notamment sur l’économie politique des industries culturelles, la sociologie des publics dans le champ culturel et médiatique, et l’analyse socio-discursive des dispositifs publics de soutien au secteur cinématographique et audiovisuel.

frederic_gimello_NB

Image à la une : logo du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC)

Ancien calendrier du séminaire (2014/2015)

  1. Mercredi 1er octobre après-midi (14h30-17h30) – Salle 2, MSHA – Jean-François CAZEAUX (Philosophe, Bordeaux) : Andrei Tarkovski : la liberté d’un artiste
  2. Mercredi 12 novembre après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) : Gérard WORMSER (Philosophe, ENS de Lyon, directeur de la revue Sens Public) : « De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)
  3. Mercredi 3 décembre après-midi (14h30-17h30) – Salle 2, MSHA – Jean-Marie TIXIER (ancien MCF Science politique, Bordeaux) : Anarchisme et liberté
  4. Mercredi 21 janvier après-midi (14h30-17h30) – Salle Jean Borde, MSHA – Jean-Pierre ESQUENAZI (PU Info-com, Lyon 3) : Liberté à Hollywood : la machine sociale du film noir
  5. Mercredi 11 février après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) : Franck CORMERAIS (PU Info-com, UBM) : Du Cinéma de la liberté à la liberté du cinéma
  6. Mercredi 4 mars après-midi (14h30-17h30) – Salle H017 (Studio) – Antoine GAUDIN (MCF Cinéma, Paris 3)  : Les Enjeux formels de la liberté au cinéma

 

Le Master en production tire sa révérence

« Begin at the beginning, » the King said, very gravely, « and go on till you come to the end : then stop. » (Alice in wonderland, Lewis Carroll).

Le sous-financement chronique et de plus en plus dramatique de l’enseignement supérieur et le renouvellement prochain du contrat quinquennal (qui lie l’université à l’Etat), a conduit l’université Bordeaux Montaigne à un remaniement profond de son offre de formation durant l’année 2014/2015. Ce qui aurait pu se présenter comme une opportunité de concevoir des formations améliorées et modernes, n’a été de ce que j’ai pu en constater, qu’une reproduction de l’existant, mais avec moins de moyens.  Cette période propice à la concertation et au dialogue inventif, n’a été qu’un champ de guerre où quelques puissants ont veillé jalousement à leurs acquis et à leurs habitudes. Il en est résulté des choix par défaut, des renoncements et des décisions absurdes.

Le Master en production dit « Master CPI » (1) que je dirige depuis janvier 2010, en dépit de son succès et de son utilité sociale, n’a pas échappé à ce mouvement général. Malgré des années de réflexions, concertations et initiatives pédagogiques innovantes, malgré l’ampleur et la qualité du travail de l’équipe pédagogique, et nonobstant tous les indicateurs favorables (satisfaction des étudiants, forte hausse du niveau et de la quantité des candidats, embauches en nombre après la formation, stages dans toutes les plus grandes sociétés de production de France, équipe enseignante investie et rodée, expérimentations dans le domaine du numérique, ancrage local, réponse à un besoin de formation dans le secteur, perspectives internationales, séminaire de recherche adossé à la formation, projet de publication des travaux étudiants, développement de la pratique des méthodes visuelles par les étudiants, etc.), cette formation disparaîtra. La destruction est en effet toujours plus simple que la lente et patiente élaboration.

Les tentatives de souligner l’incohérence de cette fermeture se sont hélas heurtées à des blocages politiciens au sein de l’établissement : l’intérêt général ne saurait prévaloir sur les intérêts particuliers et le conservatisme dominant.

L’année prochaine seule la seconde année sera donc assurée, afin de permettre aux actuels étudiants d’achever leur cursus.

Image MCPI

L’image ci-dessus est une composition d’Emmanuel Quillet et moi-même, réalisée pour le site du Master CPI. Elle représente le producteur, homme ou femme capable tout à la fois d’élaborer une politique éditoriale, de coordonner des équipes, de gérer du matériel, de rechercher des financements, et d’accompagner les auteurs dans l’écriture et la réalisation de leurs films. L’esthétique renvoie au constructivisme russe du début du XXème siècle et à l’idée d’une exploration des possibilités formelles du cinéma.

(1) Le Master « Création, Production, Images » (Master CPI) de l’Université Bordeaux Montaigne est était une formation qui visait à former les étudiants aux métiers de la production audiovisuelle, en associant cours théoriques et ateliers techniques, et en préparant ces futurs professionnels à penser leur propre pratique (ce en quoi elle remplissait son rôle de formation « professionnalisante »). Une place importante était accordée à l’appréhension des enjeux sociaux, économiques et politiques des industries culturelles du cinéma, de la télévision et de l’internet. Mais il ne s’agissait pas de réduire la formation à la transmission de savoirs « utiles ». Nous avions aussi la volonté d’intégrer des savoirs « inutiles » (sans application immédiate), d’initier à la recherche et de favoriser chez les étudiants une capacité critique et une autonomie intellectuelle.

Image à la une : extrait du Guignolo, film de Georges Lautner sorti en 1980, avec Jean-Paul Belmondo.

Les enjeux formels de la liberté au cinéma

 Séance 6/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (04/03/2015)

Les enjeux formels de la liberté : pour une esthétique de l’émancipation individuelle (et de ses contradictions) au cinéma

Antoine Gaudin

La séance se déroulera à 14h30 au « studio », en H017, bâtiment H de l’Université Bordeaux-Montaigne, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

A quelles conditions le récit d’une émancipation individuelle peut-il dépasser sa condition de motif narratif-représentatif, et, trouvant résonance et complexification dans une forme filmique elle-même émancipée des normes classiques, devenir l’objet d’une véritable « pensée en cinéma » ? A ce vaste questionnement, nous essaierons d’apporter des éléments d’approfondissement, en considérant sous l’angle esthétique et philosophique plusieurs séquences marquantes de l’histoire du cinéma.

Antoine Gaudin est maître de conférences en Études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle, et coordinateur du pôle Cinéma sur Nonfiction.fr (actualité des livres et des idées). Il est l’auteur du livre L’espace au cinéma (Armand Colin, à paraître printemps 2015). Spécialisé dans l’analyse des films et l’histoire des formes filmiques, il a également produit des articles et des chapitres d’ouvrages collectifs sur la question du vidéoclip musical, des rapports cinéma/histoire et des relations image-son au cinéma.

67_664_antoine-gaudin-10-sur-19-

Image à la une : extrait de Zabriskie Point de Michelangelo Antonioni (1970), classique de l’histoire du cinéma, traitant de révolte politique et de libération sexuelle.

Du cinéma de la liberté à la liberté du cinéma

Séance 5/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (11/02/2015)

Du cinéma de la liberté à la  liberté du cinéma

Franck Cormerais

La séance se déroulera à 14h30 au « studio », en H017, bâtiment H de l’Université Bordeaux-Montaigne, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Tour et détour dans l’œuvre de Jean-Luc Godard. Un parcours dans un abécédaire sera proposé en prenant soin de souligner l’importance d’une réflexion actuelle sur le statut de l’image. Nous  testerons analytiquement une subversion dans tous ses états « godardiens » : politique, esthétique, filmique, économique, social.

Franck Cormerais, professeur des universités, Université Bordeaux Montaigne (UBM), responsable de l’axe « Humanités et Humanités digitales ». S’intéresse à la transdisciplinarité et à l’épistémologie du partage des connaissances dans le cadre de l’Institut des Humanités Digitales de Bordeaux (IDHB, http://www.msha.fr/ihdb/je2013). Membre du conseil d’administration d’Ars Industrialis. Anime un séminaire de l’école doctorale de l’UBM consacré à la textualité numérique. A coordonné les ouvrages Poétique du numérique 1 et 2 aux éditions L’Entretemps (2008 et 2013). Poétique du numérique 3 (à paraître, en 2015).

DSC_0563-200x300

Image à la une : portrait de Jean-Luc Godard (site laregledujeu.org)

Liberté à Hollywood : La machine sociale du film noir

Séance 4/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (21/01/2015)

Liberté à Hollywood : la machine sociale du film noir

Jean-Pierre Esquenazi

La séance se déroulera à 14h30 dans la salle Jean Borde de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Le film noir, qui naît à Hollywood à la fin de l’année 1943 pour s’éteindre autour de 1951 , est un genre étrange dont l’auteur est un collectif informel d’artistes et d’intellectuels travaillant à Hollywood sous la houlette des Majors. C’est l’histoire de cette machine sociale (Mille Plateaux) creusant son territoire dans le milieu hollywoodien que je veux retracer. Puisant à toutes les ressources à leur disposition, l’auteur collectif du film noir a réussi à déjouer les habitudes et normes du cinéma américain et à générer un monde “originaire” (L’Image-mouvement), une ville nocturne où frustrations et pulsions se mêlent dangereusement – à l’image d’une Amérique aliénée.

Jean-Pierre Esquenazi est Professeur à l’Université Lyon 3. Il travaille en sociologue et en sémioticien sur la culture audiovisuelle. Dernières parutions : Le Film noir – Essais sur la signification et l’histoire d’un film populaire subversif (2012, CNRS) ; Vertigo- Hitchcock et l’invention à Hollywood (CNRS, 2012 & 2002) ; Les séries télévisées – L’avenir du cinéma (A. Colin, 2014 & 2010) ; « To Be or Not To Be, The Great Dictator : la représentation du nazisme » (Kleinberger A. et Nacache J, To be or not to Be, Ernst Lubitsch : Un classique dans l’histoire, 2014) ; « L’auteur, une espèce particulière de genre ? » (Gauthier C. et Vezyroglou D., L’auteur de cinéma, Histoire, Généalogie, archéologie, 2013).

JP Esquenazi

Image à la une : image tirée du célèbre film de John Huston, Le Faucon maltais (1941), (The Maltese Falcon en version originale), un classique du film noir, où le personnage du détective privé, Sam Spade, est interprété par Humphrey Bogart.

Anarchie et cinéma

Séance 3/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (03/12/2014)

Anarchie et cinéma

Jean-Marie Tixier

La séance se déroulera à 14h30 dans la salle 2 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, sur le campus universitaire bordelais (ligne B, station de tram “Montaigne-Montesquieu”)

Explorer les relations entre anarchie et cinéma permet de revisiter le XXe siècle, ses illusions, ses tragédies : le cinéma est né au moment où, suite à une série d’attentats, les députés votaient, dans l’urgence, une série de lois liberticides, dites lois scélérates ; ensuite, il a été sur tous les champs de bataille, de tous les conflits…De questionner aussi la question de la constitution de la mémoire historique : non les relations entre cinéma et politique ne commencent pas avec la première guerre mondiale, non, le cinéma révolutionnaire n’est pas l’enfant de la révolution bolchevique… Enfin, les questions posées par tous les cinéastes révolutionnaires restent pertinentes et ouvertes : comment utiliser le cinéma ? A quelles fins ? Quels films faut-il réaliser ? Pour quels publics ?

Du secrétariat du ciné-club du lycée de Biarritz à la présidence du Jean Eustache en passant par l’OROLEIS et l’Agence pour le Développement Régional du Cinéma (ADRC), Jean-Marie Tixier s’est toujours pensé comme un militant de l’éducation populaire à travers la diffusion culturelle du cinéma. Il a prolongé son travail de terrain par l’étude et la réflexion : après une thèse en science politique consacrée au western, Jean-Marie Tixier a publié des articles principalement dans le champ de la relation cinéma/histoire. Rédigé en collaboration avec Claude Aziza, Le western, Un dictionnaire des Amateurs, devrait sortir au 4ème semestre de 2015…

2012.tif

Image à la une : image tirée de l’affiche du film Libertarias de Vicente Aranda (1996), qui met en scène des militantes anarchistes et féministes durant la guerre d’Espagne.

« De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)

Séance 2/6 du séminaire “Liberté et cinéma” (12/11/2014)

« De deux choses, pas l’une » (J-L Godard)

Gérard Wormser

La séance se déroulera au « studio », en H017, bâtiment H de l’Université Bordeaux-Montaigne

« De deux choses, pas l’une », pose Jean-Luc Godard dans son histoire du cinéma (1980) qu’il voudrait développer comme une histoire des visions cinématographiques du public et aussi, du côté des cinéastes, une histoire des formes du cadrage. Nous partirons de quelques unes de ses réflexions concernant en particulier le film à petit budget, le documentaire, l’imaginaire et l’inscription de la création dans des ensembles référentiels pour aborder les questions relatives à la liberté dans la création contemporaine. Celle-ci est plus que jamais marquée par l’impossibilité de synthétiser l’expérience humaine dans sa globalité. Notre temps est plus fragmenté que jamais et toute prise de « recul » semble vouée à l’échec, relever de l’idéalisme ou de l’utopie d’une conscience malheureuse. Cette situation de décentration n’est-elle pas simultanément une chance à saisir pour exprimer des relations libres aux conditions de notre existence ? Et le cinéma peut-il incarner cette situation ?

Gérard Wormser, philosophe et fondateur de la revue Sens public (www.sens-public.org) a développé de nombreux travaux à partir de ses études en phénoménologie et sur Jean-Paul Sartre. Dès la réunification européenne, il s’est engagé dans l’action culturelle internationale, en Europe centrale, en Amérique latine, plus récemment en Afrique francophone et en Ukraine. Il a créé à la Maison des sciences de l’Homme Paris-Nord (Saint-Denis) le laboratoire « Nouvelles écritures et éditorialisation » qui tient un séminaire franco-québécois en visioconférence.

Courriel : gwormser@sens-public.org

120719-110732-gb-2012-113-photo-g-piel_large

Image à la une : Jean-Luc Godard

Andrei Tarkovski : la liberté d’un artiste

Séance 1/6 du séminaire « Liberté et cinéma » (01/10/2014)

« Andrei Tarkovski : la liberté d’un artiste »

Jean-François Cazeaux (philosophe, conseiller académique au rectorat de Bordeaux en cinéma et audiovisuel)

A partir d’une approche esthétique de son œuvre filmée (ses sept long métrages), mais aussi d’une lecture de ses écrits (Le temps scellé et son Journal), il est possible d’aborder l’expérience de la liberté chez Andrei Tarkovski : celle d’un cinéaste confronté au pouvoir soviétique et d’un créateur conscient des nécessités de son art .

Jean-François CAZEAUX

Image à la une : extrait de Stalker d’Andrei Tarkovski

Citations de films

« Les frontières, c’est une invention des hommes. La nature, elle s’en fout ! ». La Grande illusion (1937), de Jean Renoir.

« You know how to whistle, don’t you, Steve? You just put your lips together and… blow. » (Trad. française : « Vous savez siffler, n’est-ce pas, Steve ? Vous rapprochez vos lèvres… et vous soufflez ! »). To have and have not (1944), (titre français : Le Port de l’angoisse), de Howard Hawks. (Titre français : Le Port de l’angoisse).

Image à la une : image tirée de Pierrot le fou (1965) de Jean-Luc Godard.

Pratiquer et penser la pratique

Dans un récent ouvrage intitulé L’homme cinéma (éditions Ecriture, 2014), Jean Douchet évoque sa volonté d’instaurer à la suite de 1968 un lien étroit entre théorie et pratique à l’Idhec. Plus de quarante ans plus tard nombreux sont les universitaires à qui il faut encore expliquer l’intérêt (je devrais dire, la nécessité), d’une telle démarche.

« La grande révolution de mai 1968 à l’Idhec a consisté à redonner son rôle capital à la pratique. On apprend en pratiquant, mais la pratique nécessite que l’on en ait une idée, donc que l’on ait une réflexion sur le cinéma permettant de penser cette pratique. C’est l’axe pédagogique que Daquin et moi avons voulu imposer. Prendre un son, prendre une lumière, monter une suite d’images n’est jamais innocent. Il fallait à la fois la pratique et ce qui soutient la pratique… » (p. 120-121)

Lhomme-cinéma-de-Jean-Douchet
Image à la une : vidéo de Novanima

La lutte des intermittents

Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, Place Pey Berland
Action des intermittents devant la Mairie de Bordeaux, place Pey Berland, Bordeaux le 23 juin 2014 (cc) Yann Kilborne

Cette image représente un instant de lutte politique : sur le sol sont dessinées à la craie d’innombrables silhouettes de corps d’intermittents et de précaires. Ce sont les victimes des réformes néo-libérales passées et futures. C’est un peuple de cadavres métaphoriques, pour signifier aux gouvernants que leurs décisions sont mortifères.

L’enjeu de ce combat, il est important d’y insister, ne se réduit pas à la défense des droits des intermittents du spectacle. Comme le montre le sociologue Mathieu Grégoire, auteur de Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes1 , les revendications des intermittents dépassent leurs propres intérêts : il s’agit de défendre un système de protection sociale, un modèle de solidarité, qui gagnerait à être étendu à tous les précaires.

 « C’est donc un sujet aux enjeux énormes que les intermittents abordent et révèlent : la constitution de droits pour les salariés à emploi discontinu, c’est-à-dire des droits qui déconnectent le salaire de l’emploi et assurent une continuité des ressources malgré une discontinuité de l’emploi. Il n’y a pas d’autres solutions si on veut cesser de promettre aux millions de salariés au chômage ou dans la précarité un CDI pour tous. »2

Image à la une : photo manifestation sur blog « Ensemble »

  1. GREGOIRE Mathieu, Les intermittents du spectacle. Enjeux d’un siècle de luttes de 1919 à nos jours, La Dispute, coll. « Travail et salariat », 2013, 182 p. []
  2. GREGOIRE Mathieu, entretien avec Joseph Confavreux, « Le modèle des intermittents, c’est une sortie du chômage de masse », Médiapart, 17 juin 2014. []

Clin d’oeil à Cartier-Bresson

 « Je suis visuel […] J’observe, j’observe, j’observe. C’est par les yeux que je comprends. »

Henri Cartier-Bresson
Life, 15 mars 1963

La visite de (l’excellente) exposition sur Cartier-Bresson au Centre Pompidou m’a inspiré un hommage visuel, en référence à une image de 1968.

Le cliché d’origine de Cartier-Bresson montre un vieil homme passant devant une palissade sur laquelle se trouve un graffiti appelant à « jouir sans entraves ». L’image est amusante car cet homme distingué, les chaussures reluisantes et le chapeau melon vissé sur un crâne que l’on devine dégarni, semble à mille lieux de pouvoir succomber à un tel mot d’ordre. Et pourtant il regarde attentivement cette inscription. Que lui inspire-t-elle ? Le souvenir de ses jeunes années ? La conscience des bouleversements sociaux de son époque ? A-t-il une pensée révoltée face à la révolte, ou au contraire est-il touché par cet hymne à la liberté absolue ?

Le contraste entre l’élégance simple de cet homme mûr et la fougue (probablement de jeunesse) de l’injonction rebelle, renforce la portée de cet appel à la liberté inconditionnelle. La photographie ne fait pas que suggérer la rencontre entre générations, le frottement entre le monde d’après-guerre et celui de la société post-industrielle naissante. Elle implique le spectateur et le message mural s’adresse aussi à lui, par le biais de l’homme au costume-cravate (lequel symbolise les convenances et le respect des règles, fussent-elles vestimentaires). Serons-nous comme ce vieil homme sage, qui continuera probablement sa route sans être affecté outre mesure par ce graffiti insolent ? Ou serons-nous touchés par ce refus de l’ordre établi que représente cette invitation à tous les désordres, à toutes les folies ?

« Jouissez sans entraves », Henri Cartier-Bresson, mai 1968, Rue de Vaugirard
Que vienne un temps dont on s'éprenne
« Que vienne un temps dont on s’éprenne », Yann Kilborne, 29 avril 2014, campus de l’Université Bordeaux-Montaigne.

Mon clin d’oeil à Cartier-Bresson représente également un passant face à un graffiti. Mais près de cinquante années se sont écoulées depuis la photographie de 68. L’inscription murale est plus désenchantée : « que vienne un temps dont on s’éprenne ». On peut l’interpréter comme un appel à trouver (ou créer) dans nos existences ce qui fera que nous nous sentions emportés, enflammés, ivres de tous les possibles qui nous entourent. Il ne s’agit donc plus de rompre en s’abandonnant à une liberté débridée (la jouissance sans entraves rappelle peut-être trop la liberté capitaliste de consommation aveugle), mais de construire un monde plus tolérant et solidaire. Ce message lancé aux contemporains (et particulièrement ici à ceux qui fréquentent l’université, c’est-à-dire à ceux dont l’activité consiste théoriquement à produire des savoirs critiques), est lourd de la misère morale qui nous entoure. Il manifeste néanmoins un souffle de révolte, un sursaut lyrique, un désir de désirer.

L’homme s’est arrêté pour contempler ces mots de poésie murale. Il a cessé à cet instant de manger sa pomme. Comme le vieil homme de Cartier-Bresson, il incarne la conscience collective face à un mouvement de rébellion, l’anonyme en tête à tête avec la sommation romantique d’un résistant en acte, s’adressant à tous les résistants en puissance. De la même façon qu’avec la photographie prise un demi-siècle plus tôt, le spectateur à l’image et le spectateur de l’image sont sollicités. Resterons-nous impassible face à ce cri du coeur qui est un cri de désespoir autant qu’un appel d’espérance ? Que fera cet homme de cet appel ? Qu’en ferons-nous ?

Remarque : La photographie à la une de ce billet est l’image de communication utilisée par le Centre Pompidou pour son exposition. Il s’agit d’un portrait de George Hoyningen-Huene, d’Henri Cartier-Bresson, prise à New York en 1935 (The Museum of Modern Art, Thomas Walther).

Carnet de recherche sur le cinéma